Les Avocats refusent la politique du fait divers

Lundi 24 Septembre 2007

Lionel Escoffier, Président de la Fédération Nationale des Jeunes Avocats (FNUJA), premier syndicat d'avocats de France, s'inquiète des déclarations répétées du Président de la République en matière de justice.

Il déplore que la politique dans ce domaine se limite à proposer une nouvelle loi chaque fois qu'un fait divers, au demeurant regrettable, survient.

La FNUJA dénonce en particulier :

- l’éventuelle suppression de l'irresponsabilité pénale alors qu’au moins 35.000 détenus sont atteints d’une maladie psychiatrique sans être soignés ;
- la nouvelle modification du régime de la récidive, alors que la loi votée le 10 août dernier n’a pas encore produit ses effets, ou encore,
- l'aggravation annoncée de la politique répressive, alors que plus de 500 personnes sont placées à tort chaque année, en détention provisoire et que le programme de construction des prisons en cours est totalement insuffisant pour offrir des conditions de vie décentes aux détenus.

Ces annonces relèvent de l'affichage médiatique et sont dépourvues de toute réflexion de fond sur les moyens, les buts et les principes d’une réelle politique pénale.

S'élevant contre cette dérive dangereuse pour les libertés publiques et individuelles, les avocats appellent nos dirigeants à assumer leurs responsabilités sans démagogie ni populisme.


Les Avocats refusent la politique du fait divers

Loïc Dusseau