FNUJA

LE RESPECT IMPERATIF DE L’AVOCAT PAR LES MAGITRATS, PREALABLE INCONDITIONNEL A LA DEFENSE DU JUSTICIABLE !

Jeudi 7 Juillet 2016

Gardiens de notre liberté d’expression et de la stratégie choisie pour la défense de nos clients, nous ne pouvons plus accepter le manque de considération dont les magistrats, et plus largement la Chancellerie, fait preuve à l’égard de notre travail.


Depuis de longues années, la FNUJA déplore les atteintes portées à notre profession et fait part de ses inquiétudes quant à la dégradation des relations entre les magistrats et les avocats, tantôt dans l’indifférence, tantôt dans le conflit.


Le rapport du groupe de travail relatif à la protection des magistrats remis le 28 juin 2016 à Monsieur le Garde des sceaux faisant état de magistrats victimes de menaces et de tentatives de déstabilisation par ces confrères n’en est qu’une illustration supplémentaire.



La défiance des magistrats et de la Chancellerie à l’égard de notre profession est inacceptable et la FNUJA ne cessera jamais de rappeler son attachement au respect de notre profession toute entière !


Il n’y a que trop d’exemples pour illustrer le dénigrement des avocats mis en difficulté dans l’exercice quotidien de la défense du justiciable devant l’ensemble des juridictions décrédibilisant toujours davantage notre travail :
-        limitation du temps de plaidoirie
-        réflexions désobligeantes et déplacées
-        refus de renvois alors que toutes les parties sont d’accords
-        comportements dédaigneux pendant les plaidoiries
-        réduction dérisoire des frais irrépétibles, déconnectée du travail fourni par le Conseil et rendant incompréhensible la facturation par le client…


Les Jeunes Avocats s’insurgent contre les méthodes utilisées par les magistrats mettant en péril les relations de travail de nos professions.


Il faut réintroduire de toute urgence le dialogue dans un contexte de tension absolue et faire cesser l’irrespect à l’égard des avocats.


Si la FNUJA salue la décision du Conseil National des Barreaux du 1 juillet 2016, il nous faut maintenant dépasser ce clivage entre notre profession et les magistrats et travailler à des solutions pragmatiques et efficaces.


La FNUJA travaille à des propositions réelles et efficientes permettant une réflexion d’envergure sur les règles régissant les relations entre les magistrats et les avocats pour toujours défendre, envers et contre tout, les intérêts des justiciables et de notre profession.
 


Nouveau commentaire :

Ne seront validés que les commentaires adressés par les visiteurs acceptant de dévoiler leur identité.