Du 50ème au 60ème Congrés de la FNUJA

Paris 1994-2004

Le 31 mai dernier, la FNUJA a choisi l’UJA de Paris comme organisatrice de son Congrès 2004, occasion annuelle et formidablement conviviale donnée aux jeunes avocats de toute la France de se réunir pour réfléchir ensemble à l’avenir de leur profession. Et cela faisait 10 ans que les jeunes avocats du Barreau de Paris n’avait pas eu l’honneur d’organiser un tel évènement national, ce qui nous offre l’occasion du présent flash back, avant même de vous présenter, dans les prochains mois, le programme qui s’annonce alléchant de Paris 2004.



Du 50ème au 60ème Congrés de la FNUJA
Les derniers Congrès de Metz en 1995 (Justice, des… équilibres), Biarritz en 1996 (Qui veut la peau des jeunes avocats ?), Point-à-Pitre en 1997 (La collaboration en temps de crise – Les modalités pratiques de l'interprofessionnalité – La place du CNB – Les droits de l'Homme – La défense des avocats (secret professionnel, perquisition, etc.)), Lyon en 1998 (La dynamique de l'éthique), Bordeaux en 1999 (Avocats – magistrats : pour le meilleur…), Nantes en 2000 (Maîtres… du Monde), Marseille en 2001 (L'avocat et l'Europe), Strasbourg en 2002 (Tant qu'il y aura des avocats…) et Grenoble en 2003 (Envie de liens : besoin de droit) ont en effet été précédés, du 11 au 14 mai 1994, d'un mémorable Congrès parisien au titre prospectif : Demain, c'est tout Droit.

Souvenons-nous qu'à l'époque, Jacques Chirac n'était pas encore Président de la République et Pierre Méhaignerie était garde des Sceaux (1), la Présidente de la FNUJA était Anne Voituriez du Barreau de Lille (aujourd'hui Présidente de la Commission "statut fiscal, social et financier" du CNB), le Président du CNB – qui n'avait que quelques mois d'existence – était le Bâtonnier Guy Danet et le Bâtonnier de Paris était Jean-René Farthouat – qui devra attendre encore quelques années pour devenir lui-même Président du CNB de 1999 à 2002. Le Président de l'UJA de Paris était alors Alain Ménard et son Premier vice-président Vincent Cohen-Steiner. Le comité d'organisation était plus particulièrement composé de Marie-Aimée Peyron, Jean-Pierre Léon, Elodie Mulon, Pierre Chaufour, Jérôme Cayol, Bruno Marguet, Natacha Kouchnir, Marie-Pierre Certin,Francis Teitgen, Antoine Fourment, Christophe Thévenet, David Gordon-Krief, Gilles Galvez et Henri d'Armagnac (2). Tant de noms qui, depuis lors, ont su continuer de servir l'UJA comme la FNUJA, mais aussi notre Barreau et la profession d'avocat toute entière.

Tous ceux qui ont participé à ce Congrès parisien de 1994 s'en souviennent avec nostalgie comme un très grand moment de l'UJA de Paris et de la FNUJA. Les travaux diurnes se déroulèrent au prestigieux Conseil économique et social où furent adoptées d'historiques motions sur l'éveil d'une "démocratie citoyenne" (qui reste un vœu pieu), la création d'un "Haut Comité du Droit" (qui ne verra malheureusement jamais le jour), mais aussi la formation, l'organisation professionnelle, le statut des avocats salariés ou encore les droits de l'Homme, nos combats de toujours. Et c'est Édouard de Lamaze qui, au faîte de ce Congrès, fut élu nouveau Président de la FNUJA pour l'année 1994-1995.

Ce sont toutefois, comme pour chaque Congrès de la FNUJA depuis sa création en 1947, les travaux nocturnes qui restent inscrits dans toutes les mémoires, tant les nuits de notre Fédération sont source d'amitiés inter-jeunes barreaux indéfectibles, si ce n'est plus en cas d'affinités… Qui pourrait oublier l'enthousiasmante soirée d'accueil "Karaoké" (la mode de ce genre d'animation ne faisait que commencer…), la délirante soirée western et open bar à Eurodisney (qui venait d'ouvrir et ne s'appelait pas encore Disneyland Paris), la magnifique soirée costumée "del arte" avec son tourbillon d'élégantes et de masques vénitiens, et enfin, la somptueuse soirée de gala au Cirque d'hiver qui accueillit plus de 1.500 convives pour une nuit de joie et de fête rarement égalée.

C'était à Paris il y a 10 ans, le 50e Congrès de la FNUJA qui rêvait déjà que l'UJA de Paris puisse organiser le 60ème Congrès, si possible encore plus époustouflant que le précédent. Tous les jeunes avocats – qu'ils soient de Paris, de la Couronne ou de Province – y seront les bienvenus. L'UJA vous invite donc à sortir vos agendas et réserver sans plus attendre les 20, 21 et 22 mai 2004 pour fêter ce double anniversaire !

Loïc Dusseau
Président de l'UJA de Paris
Mercredi 3 Septembre 2003
Aznar