Menu
blog législatif

Vous avez pris la décision de vous installer à votre compte pour faire profiter aux autres de vos dons de voyance ? Sachez qu’avant de mettre en exécution ce projet, il est nécessaire d’effectuer certaines démarches. Vous devez au préalable étudier le marché et la réglementation, vérifier la faisabilité du projet, choisir votre statut, etc. La procédure n’est pas insignifiante. Et sans préparation et conseils avisés, cela peut avoir de lourdes conséquences, tant sur le plan professionnel que privé. Voici comment s’installer comme voyant !

Quelle est la réglementation pour s’installer comme voyant ?

Rappelons d’abord ce qui en est du marché de la voyance. En France, faire de la voyance gratuite  est une activité très populaire et très lucrative. En effet, on compte environ 20 % des femmes et 10 % des hommes qui ont déjà fait appel à un voyant ou voyante. Cela revient à des millions de consultations par an.

Concernant la réglementation, depuis l’abrogation de l’article R34-7 de l’ancien Code pénal, la voyance est libre en France. Aucun diplôme n’est exigé pour s’installer comme voyante ou voyant.

Quel statut juridique choisir pour s’installer comme voyant ?


Certes, la voyance est une pratique répandue, mais il est déconseillé d’exercer cette pratique sans être déclaré. Être voyant est une activité de nature libérale. De ce fait, l’enregistrement doit être effectué auprès du centre de formalité des entreprises de l’URSSAF. De nombreux statuts existent vous permettant de vous installer comme voyant en tarot gratuit  :

  • La micro-entreprise (ex-auto-entreprise) : c’est un statut très simplifié qui permet de payer les cotisations sociales sur la base des recettes déclarées ;
  • L’entreprise individuelle en nom propre (EI, EIRL) : ce statut est adapté à une activité qui se développe, mais qui peut des surprises en matière de paiement des cotisations sociales ;
  • L’EURL (SARL à associé unique) : ce statut permet au gérant de déterminer sa rémunération qui servira de base pour calculer les cotisations sociales ;
  • La SASU (SAS à associé unique) : lorsque l’activité prend de l’ampleur ou pour éviter la sécurité sociale des indépendants (ex-RSI), ce régime juridique est le mieux adapté.

Comment se faire une clientèle en voyance ?

Il existe de nombreuses solutions permettant au voyant de se faire une clientèle :

  • développer le bouche-à-oreilles : c’est le meilleur moyen pour attirer les clients pour connaître leur signe astrologique. Ce moyen est efficace et moins coûteux ;
  • développer sa présence sur internet ;
  • développer sa présence sur les réseaux sociaux ;
  • s’inscrire sur des annuaires papier ou en ligne ;
  • ouvrir un cabinet en ville.

Rédigé par Martin Dubois le Mardi 2 Novembre 2021 à 17:54 | Commentaires (1)

 

 

Que ce soit en matière pénale ou sur un terrain purement civil, les particuliers et même les personnes morales peuvent se retrouver confrontés à un besoin d’assistance judiciaire. Le cas échéant, il n’est pas toujours aisé de savoir concrètement par où commencer. Si vous avez actuellement besoin de l’assistance d’un praticien du droit tel que l’avocat, découvrez ci-après les différentes options qui s’offrent à vous.

Trouver l’avocat idéal

Dans le milieu judiciaire, chaque avocat est spécialisé dans des branches spécifiques du droit. Ainsi, il existe des avocats fiscalistes, des avocats pénalistes, des avocats spécialistes des successions, des avocats d’affaires et bien d’autres spécialités. Lorsque vous êtes face à un besoin d’avocat, la stratégie idéale consiste à solliciter l’expertise du praticien le plus aguerri. Une importante interrogation se pose alors : comment trouver le bon avocat ? La réponse à cette interrogation se révèle tout à fait simple.

La première solution qui s’offre à vous consiste à visiter une plateforme d’informations juridiques, à l’instar de http://avocatcontact.com/. Sur cette plateforme, vous pouvez découvrir une multitude de contenus enrichissants. Le site web vous offre l’occasion de dénicher des références d’avocats expérimentés pour la prise en charge de vos différents dossiers. En plus de cette plateforme, vous pouvez également visiter droitenenfer.com, un site web caractérisé par des contenus variés et informatifs.

Personne physique ou morale, vous pouvez porter votre choix sur avocat Olivier Janssen  si vous avez besoin d’un praticien spécialiste du droit des affaires, du droit fiscal, du droit commercial, du droit des successions ou du droit des sociétés.

Prendre un rendez-vous

Après l’étape de recherche du bon avocat, la phase suivante consiste à entrer en contact avec le professionnel choisi. Au cours de cette première prise de contact, vous devez convenir d’un rendez-vous. Pour ce faire, essayez de choisir ou de proposer le créneau qui vous convient. Une fois au rendez-vous, l’avocat vous prêtera oreilles attentives. Vous pourrez alors lui présenter votre préoccupation. Expérimenté et possédant une parfaite maitrise des textes de loi, l’avocat prendra aussitôt en charge votre dossier.


Rédigé par Martin Dubois le Mardi 19 Octobre 2021 à 00:23 | Commentaires (0)

 

Le chef d’entreprise a la responsabilité d’assurer la sécurité de ses employés et même du personnel intérimaire au sein de son entreprise. Cette obligation implique un certain nombre de mesures notamment la mise à disposition des moyens adaptés, les actions d’information, de formation et de prévention des risques professionnels. À défaut, la responsabilité du chef d’entreprise peut être engagée en cas d’accident de travail.

Dans cet article, nous vous parlons plus en détail de la responsabilité du chef d’entreprise en cas d’accident professionnel.

La responsabilité civile de l’employeur

Celle-ci est engagée lorsqu’il est avéré que l’employeur n’a pas respecté les obligations légales du Code du travail. En clair, il s’agit de créer un cadre sécurisé pour le travail des employés et de fournir des moyens adaptés à cet effet.

Dans le domaine de l’industrie, de l’automobile ou de la blanchisserie industrielle par exemple, cela pourrait consister à doter son entreprise de solutions de logistique et de manutention aérienne adéquates, notamment disponibles sur www.oca.fr  pour le confort de travail des convoyeurs aériens.

Lorsque la responsabilité civile de l’employeur est engagée, elle donne lieu à des dommages et intérêts pour réparation du préjudice qui viendront en complément de l’indemnité de base.

La responsabilité pénale de l’employeur

Si la responsabilité civile de l’employeur engage l’entreprise, la responsabilité pénale engage l’auteur direct de l’infraction. En effet, on se retrouve dans ce cas de figure lorsqu’il est avéré que l’employeur a manqué à une obligation d’ordre public, relative au code pénal, ce qui a eu pour effet d’entraîner un accident de travail.

En général, la responsabilité pénale lorsqu’elle est avérée engage l’employeur, car il lui incombe de s’assurer du respect des règles d’hygiène et de sécurité dans son entreprise. Cela dit, lorsque cette prérogative est déléguée à un comité spécifique, l’employeur peut être dégagé de sa responsabilité pénale.

Notons que la responsabilité pénale lorsqu’elle est constatée donne lieu diverses peines, allant des amendes de seconde classe jusqu’à l’emprisonnement avec amende selon le cas.


Rédigé par Martin Dubois le Jeudi 14 Octobre 2021 à 09:44 | Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 11