Un élève avocat au Congrès de la FNUJA

Grâce aux efforts conjugués de Philippe NUGUE et d’Hélène RENAUDIN de l’UJA de LYON, 20 élèves avocats du CRFPA de la région Rhône-Alpes ont eu la chance d’être invités au 65ème Congrès de la FNUJA qui s’est tenu du 7 au 11 mai derniers «en la capitale des Gaules ».

Témoignage d'un membre de l'ADEA (l'Association Des Elèves-Avocats).



Julie MAIRE, Présidente de l'ADEA
Julie MAIRE, Présidente de l'ADEA
C’est avec beaucoup d’émotion et une pointe de nostalgie que je prends la plume.
Le 65ème congrès de la FNUJA… Quel souvenir !

Avant même que le congrès commence, je sentais qu’il allait me réserver de belles surprises. Le programme, déjà, donnait le ton : présence de grands noms de la profession, dîner chez Paul Bocuse, soirées déguisées ... Mais, j’avoue aujourd’hui que je ne m’attendais pas à vivre une telle aventure.

Car oui, ce congrès fut définitivement une aventure. Ce fut mon premier voyage dans ce monde qui me semble encore si lointain : celui de la confraternité.

Mes collègues élèves avocats et moi-même avions pour mission de recenser les minima de rétrocessions des collaborateurs libéraux fixés par les UJA et/ou les Ordres dans toute la France. Une bonne occasion de rentrer dans le vif du sujet et de nous projeter dans notre avenir de jeunes professionnels.

Mais quoi de mieux, pour parfaire cette immersion, que d’échanger avec ceux qui seront mes confrères dans quelques mois?

L'équipe de l'ADEA au complet lors de la soirée de Gala
L'équipe de l'ADEA au complet lors de la soirée de Gala
Et pour cela, je ne pouvais rêver plus approprié que l’ambiance du Congrès de la FNUJA. Détendus et disponibles, beaucoup d’avocats présents ont su prendre le temps de répondre à mes interrogations d’avocat en devenir. Au sein des commissions de travail, et notamment de celle concernant la formation initiale, notre groupe d’élèves avocats fut largement sollicité, notre point de vue valorisé. Etonnant pour nous qui ne sommes jamais consultés sur des questions qui nous concernent pourtant au premier chef…

Mais, le cadre chaleureux et convivial aidant, il ne fut pas question de limiter nos échanges à des considérations purement professionnelles. Les soirées furent bien sûr de superbes occasions de nous rapprocher de nos futurs confrères de façon plus informelle. Et quelles belles fêtes nous avons partagé ! Une mention spéciale pour tous les participants à « la revue des revues » : vous nous avez donné du rêve…

Enfin, et si je devais retenir une chose, ce serait celle-ci : ce congrès m’a ouvert les yeux sur la nécessité de l’engagement collectif. Les UJA, dynamiques et efficaces, agissent dans l’intérêt de tous. C’est à nous élèves avocats, dès notre formation, anti-chambre de la profession, de nous emparer de ces combats qui seront les nôtres dans quelques mois.

Pour tout cela, et au nom de tous ceux qui m’ont accompagné lors de ces trois jours, merci la FNUJA !
Mercredi 4 Juin 2008
Massimo BUCALOSSI