Menu
blog législatif

 

 

Institué en 2014, le dispositif Pinel est une loi qui permet à toute personne qui souhaite investir dans le logement locatif de bénéficier de certaines exonérations d’impôts. Cependant, à l’image de toute aide financière accordée par l’État, vous devez prendre quelques prédispositions pour en profiter.

S’informer et connaitre sa situation financière

L’une des premières actions que vous devez mener pour profiter des avantages de la loi Pinel, c’est de bien vous informer sur le sujet. Ceci vous permet de connaitre les prérogatives de cette loi et d’avoir une idée de toutes les pratiques existantes dans le secteur de l’immobilier d’une manière générale. Pour cela, ce site  et bien d’autres livres sur le sujet vous seront d’une très grande utilité.

Par ailleurs, pour débuter dans un investissement immobilier  de ce genre, toute personne désireuse de s’y lancer doit, en plus de se former , prendre le temps d’évaluer sa situation financière.

C’est en faisant cette analyse qu’elle saura exactement si elle doit contracter un prêt immobilier et quel sera le montant de ce dernier. Afin d’y parvenir, elle doit passer en revue toutes ses sources de revenus et prendre le soin de bien analyser sa capacité d’emprunt.

Bien choisir votre logement locatif avant de l’acquérir

Pour profiter de loi Pinel, vous devez aussi bien choisir votre logement locatif. Sa structure, son état et son emplacement doivent ainsi respecter toutes les prérogatives de ce dispositif de loi.

Celui-ci devra donc remplir les conditions du label BBC 2005 (RT 2012) et être situé dans les zones A, Abis et B1. Dans le cas où votre appartement locatif se trouverait dans la zone B2, assurez-vous qu’il réponde aux règles de la loi des Finances de 2018.

Une fois que vous avez pu trouver le bon appartement, vous pouvez passer à son acquisition. Pour cela, vous devez :

  • signer un contrat de réservation ;
  • obtenir un crédit immobilier (si vous en avez besoin) ;
  • signer devant le notaire l’acte définitif de vente ;
  • réceptionner et mettre votre logement en location ;
  • et déclarer votre bien immobilier.

Voilà en quelques mots différentes astuces qui vous permettront de profiter des avantages de la loi Pinel. En cas de doute, il est conseillé de se rapprocher d’un spécialiste en la matière.


Rédigé par Martin Dubois le Dimanche 27 Décembre 2020 à 23:56 | Commentaires (0)

 

 

La mort d’un proche plonge toute sa famille dans un état de profonde tristesse. Des funérailles au nettoyage de la maison mortuaire, vous devez prendre en compte plusieurs démarches administratives. Outre les objets précieux et sentimentaux que vous voulez garder, vous pouvez mettre le reste en donation ou en vente.

Les démarches essentielles

Après la mort d’un proche, vous devez procéder à l’établissement du certificat de décès qui prouve l’effectivité de la situation. En cas de mort par suicide ou homicide, vous devez appeler les autorités judiciaires pour effectuer un constat et enclencher l’instruction, les enquêtes. Après autorisation, vous pouvez faire appel à un service de nettoyage pour vider la maison ou vous aider à déménager. Une Plateforme d’aide au déménagement et vide-logement pour les seniors  prend en charge également le nettoyage post mortem.

La nécessité d’appeler un professionnel

Comment vider un logement en cas de perte d’un proche  ? Cette question préoccupe plusieurs personnes. Après les démarches administratives, c’est recommandé de faire appel à un professionnel qui maitrise tous les détails à prendre en compte. Déménager une maison en cas de décès nécessite un protocole de nettoyage différent d’un assainissement traditionnel. Le nettoyage d’un appartement après un décès commence par sa désinfection. L’entreprise va nettoyer tous les meubles et tout ce qui se trouve dans la maison tout en recyclant les déchets. Pour libérer le logement, vous devez trier les objets précieux qui vous attachent à votre proche décédé. Les objets que vous ne voudriez pas garder, vous pourrez les revendre ou les donner. Vous pouvez contacter un service de professionnels via l’application My Jugaad : en savoir plus sur l’application.

Se débarrasser de certains objets

Si vous ne souhaitez pas garder tous les objets, vous pouvez donner certains. Les autres, vous pouvez les revendre, mais cela nécessite la présence d’un commissaire-priseur pour déterminer la valeur de ces derniers. Après estimation approximative du lot d’objets à revendre, vous pouvez passer l’accord ou non. Toutes ces démarches entrent dans la bonne mise en place d’un service de déménagement parfait post mortem.


Rédigé par Martin Dubois le Lundi 21 Décembre 2020 à 00:23 | Commentaires (0)

La profession d’avocat est l’un des métiers les plus attrayants dans le monde. Ces hommes à la toge noire ne laissent personne indifférent par leur éloquence et leur maitrise du droit. Toutefois, pour devenir un Cicéron ou un Badinter à la barre, il faudra faire une série de formations adaptées au métier. À ce titre donc, comment devenir un avocat ?

Devenir un avocat : études et formations

Profession comptant en 20 196 846 pratiquants, l’avocat est une personne qui est passée par une série de formations, les unes aussi sélectives que les autres. Ainsi, pour planter le décor, l’aspirant au métier d’avocat doit d’abord acquérir le diplôme de Master en droit. Il peut s’agir d’un Master :
  • en droit pénal ou sciences criminelles,
  • en droit social ;
  • en droit fiscal ;
  • etc.
Après le Master, le CAPA pour certificat d’aptitude à la profession d’avocat est le deuxième diplôme que le futur avocat doit obligatoirement obtenir. Pour ce faire, il doit donc passer par l’une des nombreuses Écoles d’avocats (EDA) de France. Ici, une formation de 18 mois organisée en trois modules lui permet in fine de passer son CAPA. Après celui-ci, il prête serment et s’inscrit dans le barreau de son choix. À titre d’information, le barreau de Paris concentre plus de 40 % des avocats de France.

Devenir avocat : spécialisation et salaire

Si un avocat est volontiers généraliste en ce qui concerne les questions de droit, on observe de nos jours de plus en plus de spécialistes. Cela est notamment dû au domaine du droit qui est à la fois vaste et qui ne cesse de s’enrichir au jour le jour. Devenir spécialiste ouvre donc plus de portes surtout vers les entreprises. Ainsi, n’est-il pas rare de croiser un avocat en immobilier , un avocat en droit informatique, un avocat en droit de la consommation, etc.

Aujourd’hui, on estime qu’un avocat en début de carrière gagne entre 1 800 et 2 700 € brut par mois. Toutefois, celui-ci s’améliore nettement au fur et à mesure que l’avocat se spécialise, connait de la notoriété, travaille pour de grandes entreprises, etc. Ainsi, vers la fin de sa carrière, un avocat pourrait gagner jusqu’à 9000 € brut par mois. Intéressant, n’est-ce pas !

Rédigé par Martin Dubois le Mercredi 28 Octobre 2020 à 18:33 | Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 6